Blood : Fresh Supply, le remaster de Blood, est sorti

Temps de lecture estimé : 2 minutes.

En 2018, Night Dive, le studio responsable des remasters de System Shock et Turok, annonçait vouloir racheter la licence Blood mais ne pas en avoir les moyens. Un peu plus tard, il annonçait l’avoir acquise, en tirant un peu la langue. Et hier soir sortait… Blood : Fresh Supply.

Pour le contexte, Blood est un des meilleurs FPS (First Person Shooter, jeux de tirs à la première personne) basés sur le Build Engine, le moteur utilisé à l’époque par Duke Nukem 3D et Shadow Warrior, voire même un des meilleurs FPS des années 90. Si Doom, Duke Nukem 3D, Shadow Warrior et la quasi totalité des vieilles gloires de l’époque a pu bénéficier de remasters officiels et officieux (le code source de la plupart de ces jeux ayant été libéré, laissant libre cours à la création de « ports » comme GZDoom et eDuke32 permettant de jouer à ces jeux sur des machines modernes AVEC tout le confort moderne), cela n’a jamais été le cas de Blood dont le code source n’a jamais été partagé. De nombreuses tentatives de re-création du jeu ont fait leur apparition sur internet, mais tout était fait en retro-engineering — donc en essayant de deviner et/ou déduire comment fonctionnait le code du jeu, et en le retranscrivant — et aucun portage n’était entièrement fidèle au jeu d’origine.

Night Dive possédant désormais les droits du jeu et le code d’origine, un véritable remaster est enfin disponible sur PC, et propose tout le confort que l’on peut attendre de nos jours :

  • Une visée à la souris.
  • Une option pour désactiver la déformation visuelle qui apparaissait quand on levait ou baissait la tête.
  • Un FOV (Field of View, le champ de vision) réglable.
  • Un support des manettes (oui, pour un FPS des années 90…).
  • Un support des résolution modernes, de l’anti-aliasing, de l’occlusion ambiante et compagnie.
  • Un mode multijoueurs local et en ligne proposant aussi du jeu en coopération.
  • De nouveaux models en voxel.
  • Le choix entre la bande son classique et la version CD (privilégiez la classique).
  • Toutes les extensions du jeu (Cryptic Passage, bof, et Plasma Pak, yay).
  • Le support des mods.

Rappelons que l’extension Cryptic Passage, contrairement au jeu d’origine et Plasma Pak, n’a pas été développé par Monolith mais par Sunstorm Interactive, le papa de l’extension Life’s a Beach pour Duke Nukem 3D. Elle n’est pas mauvaise, mais manque du second degré qu’on aimait tant dans le jeu de base.

Blood est toujours aussi fabuleux, jouissif, difficile et gratifiant qu’à l’époque, et son level-design bourré de raccourcis fout encore la honte à pas mal de jeux des années 200X/201X. Il est aux films d’horreur ce que Duke Nukem est aux films d’action : Un FPS ultra-solide, bourré de répliques classes et cocasses, de références et avec un personnage principal — Caleb — charismatique.

Le jeu reste pixelisé (et encore heureux !) et les cinématiques sont risibles, avouons-le, mais le remaster est excellent, jouable, compatible 4K, stable à 60 FPS, et si vous n’y avez jamais joué, laissez tomber ce que vous êtes en train de faire, jouez-y et finissez-le. Maintenant.

Blood : Fresh Supply est disponible sur Steam et GOG (sans DRM pour ce dernier) pour 8,19€, avec une réduction de 50% pour les possesseurs du jeu original (en version One Unit Whole Blood).

MonsieurDaz
Rédacteur, fondateur de GamerTales, co-fondateur de feu-Les Vieux Consoleux, Monsieur Daz est une sorte d’andouille amatrice de jeux rétro, aimant beaucoup se prendre la tête sur le jeu-vidéo, ses nouveaux modèles économiques et sa dématérialisation. Un vieux con, quoi.
https://www.gamertales.fr

Articles similaires

Haut de page